Actus Rap

Bigflo et Oli, épuisés...ressentent encore plus le besoin de faire une longue pause !

Ce mardi 3 novembre, dans les pages du Parisien, Bigflo et Oli ont évoqué le rythme bien grisant qu'ils se tapent en ce moment, mais très épuisant à la longue. Le duo se confient ! 

Et oui, après 3 albums, 5 tournées, deux dates à l'U Arena, deux au Stadium de Toulouse, des centaines d'interviews et une présence presque quotidienne sur les réseaux sociaux, il est normal que les frères toulousains soient à bout de force, voire un peu plus que ça...

Oli vient d'ailleurs l'expliquer : 

“J’ai 23 ans et depuis 5 ans, j’ai plus fait vivre Oli qu’Olivio. J’ai besoin de rééquilibrer ça, de m’occuper de mon appartement, de ma vie intime, de qui je suis […] C’est une fatigue mentale, ça ne s’arrête jamais. C’est un truc dont on parle jamais entre artistes, c’est un peu tabou. On a une vie tellement à part et exceptionnelle qu’on n’ose pas en parler au public. Même certains amis ont du mal à comprendre”. 

Et Bigflo poursuit : "C'est une fatigue mentale, ça ne s'arrête jamais. C'est un truc dont on ne parle jamais entre artistes, c'est un peu tabou (...) Le problème, c'est cette espèce de rythme, grisant et motivant mais épuisant, qu'on a établi entre nous, les artistes et la nouvelle scène. Les albums sont passés d’un tous les 3 ans à un tous les ans. Ça nous a permis d’atteindre des niveaux qu’on n’aurait jamais pensé atteindre […]"

"Même couper 3 jours le téléphone, c’est difficile. La pression d’Internet et des réseaux est devenue si forte, avec de plus en plus de gens et plus de vues. Pendant ce temps, il y a toujours 40 personnes qui attendent notre feu vert par mail ou par téléphone…” Avaient-ils déplorés.

Leur producteur a d'ailleurs confirmé leur dire et a ajouté :

 “Contrairement à la précédente, la nouvelle génération ne prend pas toujours le temps de décompresser dans une sorte de 3ème mi-temps festive et privée. C’était un vrai moment de respiration à l’époque. Aujourd’hui, si les jeunes artistes le font, ça sera en le montrant sur les réseaux. Ils ont vraiment du mal à se déconnecter”.

Retrouvez le dossier au complet avec l'interview de B&O dans Le Parisien qui date du 3 décembre 2019.

Plus d'actu sur Bigflo & oli

Les articles les plus lus