Arsenik

Arsenik

Parole : Rue de la haine

ArsenikRue de la haine
Je me méfie de leur amour tu sais, cet enfoiré tiens rarement parole
J'méprise ma haine c'est drôle, dans son film j'ai toujours eu le bon rôle
Je hais ton sourire autant que mes larmes
Je hais courir après des chimères parce qu'elles riment avec mourir
J'connais les armes
J'emmerde la mort, elle sourit toujours aux meilleurs
Amer, je crains le bonheur, cet enfoiré crèche loin de nos blocs
L'égalité j'la hais aussi cette pute trop "miskin"
J'l'ai vu braillé dans les meetings elle a une tronche de skin
J'maudis vos guerres, sales comme de la connerie
Avec un flingue je viens frapper
Parce qu'on l'a violée trop souvent je me fous de ta paix
Je hais la rue, cette garce a emportée trop des nôtres
Escortés dans des sacs, affranchis certains, enfermés les autres
Tu hais mes vérité, elles blessent, t'as peur de les voir envahir
Je hais vos promesses, ici y'a que l'argent qu'on aime haïr
Je hais cette tristesse dans les yeux de ma mère
Ca me rappelle qu'à chaque fois que je pèse j'accélère le jour de ma mort
Trip amer comme a Gomorre, les soldats maquent le bruit du ciel
Et les sceptiques se changent en statue de sel
La bonne voie c'est celle qui fera de nous des vrais putains d'hommes
On est des mômes malgré nos poils sur la ".." et sous les aisselles
Ose, bénis le beat, loue le seigneur, mon rap un missel
Crime, flow, crache missile, et crame la SSL
Je hais ces schmitts, et toussant sur mon trottoir
Ca me rappelle que pour le pardon il est trop tard
Je hais ce shit dans mon crane, cet alcool dans ma boisson
Ca me rend cool et ca retarde la révolution
Quelle solution pour ces gosses quand le diable braque une autre âme?
Si la violence les touche plus, essaie une autre âme
Parfois un silence vaut 1000 mots, un lyrics mille douilles
Je hais ton Hip-Hop il a plus de couilles

Une fine ligne entre gloire et vie fausse
J'avais plus de sosses avant que j'signe
Avant que le ciel m'exauce, dessine mon destin à l'encre de mes vices
C'est nos erreurs qui construisent les prisons de nos fils
Les potes font office de thérapeutes, c'est le même scénar' que la veille
Narguer le sort, éclater le spliff et laisser le cul de la vieille c'est naze
Comme de se dire "merde ca ira mieux demain"
Dieu est seul juge, on se retrouvera à la croisée des chemins

(Merci à Antho pour cettes paroles)
Les articles les plus lus